Accueil Commentaires ÉLECTIONS CAF 2021: UNE CÉRÉMONIE D'INTERRUPTION OU TÉMOIGNAGE D'UNE RÉSURRECTION

ÉLECTIONS CAF 2021: UNE CÉRÉMONIE D'INTERRUPTION OU TÉMOIGNAGE D'UNE RÉSURRECTION

by Admin
Cet article est également disponible dans les langues suivantes:

Les élections présidentielles de 2021 à la Confédération africaine de football (CAF) vont être définitives dans tous les sens du terme. Ces élections symboliseront soit la fin de la CAF en tant qu'entité commerciale viable et sa mort et son enterrement certains, soit une mince chance de résurrection et de réorganisation.

Actuellement, la CAF fait partie de l'ICU littérale, après y avoir été placée par les décisions de son Comité exécutif au cours des dernières années.

L'une de ces décisions était le retrait unilatéral de son accord de droits commerciaux garantis de 12 ans et 1 milliard de dollars avec l'agence française Lagardere Sports and Entertainment (LSE), et assez stupidement au moment de ce retrait, ils n'avaient pas d'alternative garantie. à cet accord.

Ce qui s'est passé par la suite était une course par certains des meilleurs diffuseurs des compétitions de la CAF et une incertitude croissante quant au statut des autres partenaires commerciaux qui avaient signé avec LSE, y compris les sponsors en titre Total et d'autres sponsors de niveau 2.

Signature en 2016 du contrat commercial CAF-LSE de 12 ans.

Le préjugé avec lequel les mandarins de la CAF ont mis fin à l'accord LSE montrait leur imprévisibilité et le danger réel d'y faire face, avec la prise de conscience naissante parmi les partenaires potentiels de la probabilité que la CAF et ses fonctionnaires ignorent facilement les clauses de bonne foi de tout contrat, pour tout raison.

Depuis l'arrivée du président Ahmad Ahmad à la tête de la CAF en 2017, il y a eu un pillage sans précédent des réserves de liquidités de la CAF, et afin d'acheter le silence et l'acquiescement des 54 membres des FAC à ce vol, Ahmad a orchestré la redistribution sans précédent des portions. de ces réserves à travers la multiplication par 3 des subventions annuelles aux associations membres, les transferts de fonds privés sur les comptes bancaires des présidents des FA, le bourrage des comités de la CAF avec un nombre excessif de membres (dont la majorité sont des présidents des FA), ce qui les empêche de mener à bien leurs mandats.

Assiégé: le président des FAC, Ahmad Ahmad.

En fin de compte, un audit commandé par la FIFA par le géant PWC fin 2019 a révélé un écart financier de l'ordre de 24 millions de dollars, argent qui ne pouvait pas être expliqué.

Mouad Hajji, alors PDG marocain de la CAF, lorsqu'il a appris que la FIFA envoyait une mission d'audit supplémentaire par PWC pour clarifier certaines des divergences découvertes lors de la première série d'audits, a rapidement présenté sa démission sans préavis et a sprinté à travers le Sahara pour se cacher. dans son pays d'origine.

Pour tenter de combler le trou financier de la CAF dont elle hémorrageait dangereusement, et afin de sauver l'organisation, la SG de la FIFA, Mme Fatma Samoura (alors affectée au siège de la CAF au Caire en tant que déléguée spéciale) a tenté d'instaurer des changements radicaux dans l'organisation, y compris une politique de paiement sans espèces, une politique qui a été le conduit de la perte de ces 10 millions de dollars de l'organisation.

La politique de non-paiement en particulier, a déclenché une énergie irrationnelle, et les mandarins de la CAF ont choisi d'expulser Samoura d'Afrique et de faire un pied de nez au président de la FIFA Gianni Infantino dans le processus, l'homme dans les bras duquel ils s'étaient précipités lorsque la position de la CAF semblait intenable et sa Le président Ahmad Ahmad s'était bêtement poussé dans un coin avec une arrestation à Paris pour blanchiment d'argent et corruption.

Fugitif: Fmr. SG CAF Mouad Hajji.

En fait, Samoura avait même tenté de consolider la fortune financière de la CAF en demandant à tous les présidents africains de la Fédération de signer tous leurs droits de diffusion et autres droits commerciaux sur les prochains éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA à la FIFA.

Cette habile manœuvre visait ostensiblement à empêcher ces revenus de tomber dans le même trou noir dans lequel des revenus similaires étaient tombés depuis l'arrivée d'Ahmad.

Maintenant, les FAC n'ont aucun contrat commercial, aucune perspective et ont été creusées dans un trou encore plus profond par la pandémie de covid-19, dont la fin est nulle part en vue.

LSE a continué et a renouvelé le mandat de son PDG pour l'Afrique et le Moyen-Orient, Idriss Akki, avec des rumeurs selon lesquelles la CAF pourrait revenir dans le giron commercial de la LSE à des conditions commerciales plus récentes et plus basses qu'avant.

Le vice-président de la CAF, le dinosaure congolais Constant Omari Selemani, sonnait comme s'il faisait de telles ouvertures à la LSE au début de cette année lorsqu'il a accueilli son compatriote et réfugié en Suisse, Veron Mosengo-Omba, pour la grande ouverture d'un cache-poussière (qui il a appelé comme terrain) dans la capitale congolaise Kinshasa, et qui aurait été amélioré avec plus d'un million de dollars de fonds de la FIFA

Cette pièce de théâtre à Kinshasa qui vise à attirer l'attention de la LSE est absolue de morue et de coquelicot, et à notre avis, LSE doit sûrement être des putes pour la punition de vouloir se recoucher avec la CAF tant qu'Ahmad est son président.

Constant Omari: mandarin des FAC congolais.

Pour être absolument certain, les prochaines élections présidentielles de la CAF seront soit une cérémonie d'enterrement pour toute l'organisation, soit une histoire de résurrection, comme celle de Jésus-Christ (Īsā ibn Maryam).

Avec des rumeurs tourbillonnant sur l'Afrique selon lesquelles Ahmad Ahmad jettera son chapeau dans le ring en 2021 et il y a la croyance qu'en raison de sa mainmise sur la «fraternité musulmane» numériquement supérieure et du fait qu'il n'a aucun scrupule à utiliser chaque centime restant dans la CAF pour acheter les votes des présidents de la FA, il a en fait une réelle chance de gagner.

Pour les FA africaines, réélire Ahmad sonnerait sûrement le glas de l'organisation, dans moins d'un an la CAF serait insolvable et incapable de payer les subventions annuelles aux associations membres comme promis lors des réunions successives du Comité exécutif et des Assemblées générales.

La mort de la CAF en tant qu'organisation viable anéantirait la capacité de négociation collective du continent au Conseil de la FIFA.

La force des associations membres africaines a toujours résidé dans une CAF forte qui pourrait négocier sa position efficacement, comme elle l'a fait pour cajoler la FIFA dans un système d'organisation rotatif pour sa Coupe du Monde de la FIFA, qui a finalement choisi l'Afrique du Sud pour accueillir la événement élite en 2010.

Le départ imminent de Gianni Infantino de la présidence de la FIFA laisse la position d'Ahmad Ahmad encore plus intenable et les fédérations africaines complètement exposées.

Le Suisse AG Michael Lauber et le patron de la FIFA Gianni Infantino.

Vous voyez, depuis un an, Ahmad avait utilisé les votes africains pour se protéger des procédures d'éthique de la FIFA, contre les accusations de viol et de harcèlement sexuel, de vol, de corruption et d'autres actions ignobles de sa part.

Tout en négociant sa propre sécurité, il a été incapable de se faufiler dans aucun programme africain, même là où Infantino lui a bêtement autorisé à utiliser son capital des FAC à des fins personnelles (par opposition à des avantages continentaux).

Un nouveau président de la FIFA (quel que soit son nom) voudrait marquer son autorité en étant considéré comme celui qui a mis au pas la corruption du football africain. Dans la «nuit des longs couteaux» qui suivrait, les nouveaux patrons du comité d'éthique se concentreraient sur les patrons individuels de la FA des continents, avec un effet dévastateur sur une majorité.

Le très prévisible Ahmad chercherait une fois de plus à négocier en son propre nom en éludant une interdiction de vie du comité d'éthique mais en cédant la présidence de la CAF dans le processus, espérant finalement avoir l'occasion de récupérer son ancien siège de la FA malgache, pas de président de la FA avec un squelette. dans son placard serait en sécurité.

Avec la nouvelle de la démission immédiate de Swiss AG Michael Lauber en raison de la nomination d'un procureur spécial Stefan Keller pour se plonger dans la criminalité de l'interaction de Lauber avec le président de la FIFA Infantino, l'oie est plus ou moins cuite pour Infantino.

Alors qu'Ahmad est mauvais pour les présidents de football africains, principalement parce qu'il jetterait volontiers n'importe qui sous le bus pour se sauver, un président de la CAF propre et neutre serait en mesure de négocier avec une nouvelle dispense de la FIFA au nom des présidents de la FA d'une part, et réengager Idriss Akki et LSE pour un nouveau contrat commercial acceptable pour la CAF.

Actuellement, Ahmad serait incapable de faire les deux.

Un autre nom jeté pour la présidence de la CAF est celui de l'ancien président égyptien de la Fédération de Russie et actuel membre du Conseil de la FIFA, Hany Abo Rida, un homme qui a démissionné il y a un peu plus d'un an dans un nuage, accusé de corruption et des performances lamentables de la Équipe nationale égyptienne de football (Les Pharaons) de la CAN, organisée par ce même pays.

Abo Rida mène également sa propre enquête d'éthique de la FIFA en cours pour la corruption de présidents de la Fédération de Russie en 2017 afin de voter pour lui aux élections du Conseil de la FIFA cette année-là à Bahreïn.

Rien n'illustre à quel point les groupes comme Ahmad Ahmad et Hany Abo Rida sont vraiment perfides que deux (2) cas où des associés proches ont été jetés au bord du trottoir par opportunité et sans jusqu'à 2nd coup d'oeil.

A la Omra: Ahmad, Rida, Akki et Mouad Hajji en 2019.

Début 2019, la CAF a organisé un pèlerinage très intime de ses membres des «Frères musulmans» au pèlerinage de la «Omra» en Terre Sainte.

Une photo en circulation montre Ahmad accompagné d'Abo Rida, du fugitif Mouad Hajji et du patron de la LSE Idriss Akki.

Lorsque la décision de se débarrasser de LSE a été prise par le cercle restreint des FAC, personne n'a pris la peine de contacter Idriss Akki pour lui donner un avertissement, il a plutôt été informé de la résiliation par une lettre que le reste de l'Afrique a reçue en même temps que Akki.

À ce moment-là, aucune des personnes avec lesquelles il avait assisté au pèlerinage ne répondait aux appels téléphoniques d'Akki, et il ne lui restait plus d'autre choix que d'écrire des lettres officielles demandant une forme de médiation sur le contrat.

Tout en rien.

L'autre membre éminent des «Frères musulmans» qui a été écarté de la même manière embarrassante était Djibouti FA et l'ancien président du comité des arbitres de la CAF Suleiman Waberi.

Souleiman Waberi: Jeté.

Lorsque la chaleur était devenue trop forte pour Ahmad en raison de ses nombreuses transgressions, il a appelé la FIFA à gérer la CAF à partir du mois d'août 2019. L'une des premières choses que la FIFA a découvert a été la controverse entourant les officiels de match dans les compétitions de clubs et d'équipes nationales.

Lorsque la FIFA a soulevé ces plaintes avec désinvolture à Ahmad, il a utilisé l'enquête comme prétexte pour retirer impitoyablement le loyal et fidèle serviteur Waberi de la présidence de la commission des arbitres sans sourciller.

En fin de compte, la FIFA souhaitait uniquement que la commission des arbitres propose des noms des meilleurs officiels de match africains qui seraient intronisés dans un cadre professionnel, où ils seraient formés et rémunérés par la FIFA, à déployer pour des compétitions d'élite.

Il n'y avait aucun moyen que Waberi et son comité soient autorisés par les mandarins de la CAF à être en charge de proposer ces noms, il a donc été mis au rebut comme un bâtard infesté de puces, afin de créer l'espace nécessaire pour les Marocains ( dirigé par le VP de la CAF Fouzi Lekjaa) et les officiels de match marocains pour être majoritaires dans ce cadre professionnel.

Les Marocains avaient ciblé Waberi depuis qu'il avait été divulgué qu'il avait des liens étroits avec le président tunisien et tunisien de la FA Warid Jarii, et que Waberi avait contribué à envoyer des arbitres hostiles au Maroc au match final avorté des Champions de la CAF entre le club tunisien Esperance et le Wydad marocain. .

Lettre de protestation Waberi à Ahmad.

À la demande de Fouzi Lekjaa, Ahmad a jeté Waberi comme un morceau de peluche ou un bouchon de bouteille.

Si quelqu'un doute de la propension du président de la FA marocaine à ridiculiser la CAF avec ses compatriotes, il suffit de regarder la répartition des sièges des comités de la CAF entre les Marocains par rapport aux autres FA. La majorité des 54 FA africaines ont à peine un (1) créneau chacune, tandis que celles comme le Maroc, l'Afrique du Sud et la RDC (cercle intérieur des FAC et mandarines) ont plus de 10 créneaux chacune.

Ainsi, la fiction selon laquelle les présidents de la FA sont liés à Ahmad sur la base du partage de la foi islamique est une erreur, et il est possible de déduire qu'il se retournerait volontiers contre eux à tout moment.

Il est temps pour les présidents africains de la FA de réfléchir de manière stratégique dans une situation du football mondial en rapide évolution, pour sauver leur organisation, qui est actuellement saignée par une petite cabale de hauts fonctionnaires.

Mandarins des FAC responsables de son effondrement total.

En l'absence d'intérêts commerciaux dans les compétitions africaines, ces mandarins de la CAF ont recouru à les vendre à des acheteurs du Moyen-Orient pour des paiements forfaitaires en espèces sous la table, argent qui ne parviendra probablement jamais aux AF à moins que ce ne soit pour les payer pour leurs votes.

Et en tout état de cause, si les présidents africains des FA ne tiennent pas compte de ce conseil et permettent à la CAF de couler avec Ahmad, Lekjaa et Omari, en échange d'enveloppes en espèces, ils ne feront probablement JAMAIS partie de la nouvelle organisation qui sera très certainement construite à partir de les cendres de l'ancienne CAF.

Le temps est venu d'être intelligent…

(Dans la perspective de l'assemblée élective de la CAF de 2021, nous effectuerons une analyse hebdomadaire de chaque FA votante et de son président, dans l'espoir de déduire de leurs actions, réalisations ou échecs antérieurs, s'ils voteraient pour sauver la CAF ou s'ils seraient susceptibles de le faire. croyez le mensonge que la CAF est un miracle qui continuera à leur donner des enveloppes à boucles à perpétuité).

Cet article est également disponible dans les langues suivantes:

Articles Relatifs

Laisser un commentaire