Accueil Choix de l'éditeur La FIFA continue de faire des ravages et des dégâts sur le continent africain alors qu'ils appliquent leurs doubles standards

La FIFA continue de faire des ravages et des dégâts sur le continent africain alors qu'ils appliquent leurs doubles standards

by Admin
Cet article est également disponible dans les langues suivantes:

La FIFA continue de faire fi de l'Afrique et de sa confédération de football (CAF) en appliquant des normes choquantes dans l'application de ses propres règles et règlements.

Sur 10th En octobre 2019, la FIFA a publié un communiqué de presse selon lequel la chambre d'arbitrage de la commission d'éthique de la FIFA avait conclu un accord de plaidoyer avec Moses Magogo, président de la Fédération de football d'Ouganda (FUFA) et membre nouvellement élu de la CAF Exco.

L'accord de plaidoyer concernait la revente des billets de la Coupe du Monde de la FIFA 2014, dans laquelle Magogo a reconnu le crime et en retour a accepté la sanction réduite suivante

  • Une amende de 10,000 CHF et une suspension de 2 mois de toute activité liée au football durant cette période.

Magogo avait surpris le monde avec une annonce qu'il se retirerait de sa présidence, au cours de la 95th Assemblée ordinaire de la FUFA à Adjumani, le 28 septembreth 2019.

Magogo a déclaré sarcastiquement au rassemblement des gouverneurs ougandais du football que «la vérité sera connue et je pourrai rebondir»…

La vérité semble être que Magogo a vendu des billets pour la Coupe du Monde de la FIFA en 2014 et a empoché les fonds, et une enquête sur ce scandale a été lancée par la commission d'éthique de la FIFA à la mi-2018.

Apparemment, un député ougandais - Allan Ssewanyana - a mis ces informations au premier plan en 2017 et a accusé Magogo de vendre les billets attribués à l'Ouganda.

Les billets destinés aux Ougandais ont cependant été vendus à Howard Schwartz, basé aux États-Unis.

L'ancien président de la FA du Botswana, Ismail Bhamjee, est le président de la FA africaine le plus connu pour avoir été pris dans un scandale de vente de billets, pour lequel il a été suspendu de toute activité de football pour une période de 4 ans en 2010.

Bhamjee avait, dans une montée d'adrénaline lors de la Coupe du Monde de la FIFA 2006 en Allemagne, vanté auprès de quelques gars dans un restaurant indien de Francfort qu '"il était FIFA" et pourrait obtenir tous les billets en peu de temps. Il avait également affirmé savoir qui serait le prochain hôte de la Coupe du Monde de la FIFA.

Après avoir été osé, il avait imprudemment invité un fan (un journaliste infiltré du Mail) dans sa suite d'hôtel à 300 $ la nuit. Il a remis 12 billets marqués FIFA d'une valeur nominale de 100 € chacun et a empoché l'argent. «Ils sont tous de catégorie XNUMX [les meilleurs sièges du stade]. Vous n'aurez pas besoin de passeports pour entrer, dites simplement que vous avez acheté les billets de la Fifa », avait déclaré Bhamjee.

Les révélations ont obligé le président de la FIFA, alors enragé, Sepp Blatter, à expulser Bhamjee des matchs et à revenir au Botswana, et le scandale a provoqué une accélération de sa chute de grâce et la perte éventuelle de tous les postes de football en Afrique et à la FIFA.

L'avocat ougandais et passionné de football de longue date - Fred Muwema - dans un commentaire court mais largement diffusé de la décision ridicule de la FIFA souligne plusieurs choses en ce qui concerne le traitement par la FIFA de l'affaire Magogo.

Premièrement, le fait que le plaidoyer de culpabilité constitue en soi une reconnaissance par Magogo qu'il a commis des actes de corruption au sens de l'art. 27 (1) et, ce faisant, «a obtenu un avantage financier ou indu en perpétuant un crime transnational», contrairement au Code d'éthique de la FIFA.

Deuxièmement, Muwema affirme que les négociations de plaidoyer sont autorisées par le code d'éthique de la FIFA dans l'art. 67 (1), cependant le même code stipule clairement à l'art. 67 (6) que la chambre d'arbitrage de la commission d'éthique de la FIFA NE PEUT PAS conclure d'accords de plaidoyer avec les accusés pour des sanctions liées à la corruption.

Il cite;

«Aucun accord sur le plaidoyer ne sera autorisé concernant les sanctions liées aux infractions de corruption, de détournement et de détournement de fonds et de manipulation de matches et de compétitions de football»…

Ainsi, d'une part, le comité d'éthique a lancé le livre à Bhamjee en 2010 pour sa version de la vente de billets en Allemagne, tandis que l'incarnation de 2019 du comité d'éthique ne tient pas compte de ses propres statuts et permet à un président de la FA africaine de gifler le poignet, en vue d'accélérer son retour à la tête de la FUFA et son maintien au sein de la CAF Exco.

Cela représente un autre exemple de l'ingérence avec le travail de la commission d'éthique de la FIFA par Gianni Infantino, pour manier le Code d'éthique de la FIFA à des fins politiques.

Nous avons vu comment le comité d'éthique a été influencé pour accorder à Musa Hassan Bility une interdiction de 10 ans de toute activité de football un jour après avoir déposé un dossier auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS) contestant la décision ahurissante d'une prise de contrôle de la FIFA des FAC en juillet.

Désormais, un président de football corrompu avoué, Moses Magogo, est autorisé à plaider sa corruption malgré le fait que cela ne soit pas prévu dans les Statuts de la FIFA afin qu'il puisse revenir à son poste de laquais officiel et de partisan de la prise de contrôle hostile de la CAF et d'un oui-homme docile dans le CAF Exco.

L'Afrique continue d'être patronnée par la FIFA, de la même manière que vous traiteriez un enfant lent ou retardé, accordant continuellement des laissez-passer aux présidents africains de la FA pour des crimes graves et des violations du code d'éthique, à condition qu'ils votent et approuvent sans réfléchir -décisives et décisions suicidaires des FAC.

Apparemment, même les Ougandais sont exaspérés et leur système de croyance du bien et du mal est mis à mal par cette décision démoniaque limite dans la mesure où le député à l'origine de la plainte en 2017 a maintenant renvoyé l'affaire entre les mains de l'enquête nationale. corps.

Jeudi 17th En octobre 2019, il semble que le Département des enquêtes criminelles (CID) ait convoqué le PDG de la FUFA, Edgar Watson, pour répondre aux questions concernant le scandale des billets de la FIFA 2014.

Une inculpation criminelle de Moses Magogo par les autorités ougandaises se heurterait-elle à la réaction draconienne habituelle de la FIFA d'une suspension de l'Ouganda de toutes les activités de football?

Ce train FIFA n'est jamais en retard, toujours à l'heure!

Nulle part ailleurs sur le continent, la mauvaise utilisation du pouvoir de la FIFA n'a été aussi évidente que dans le cas triste et franchement digne de trahison d'Isha Johansen et de la Sierra Leone FA (SLFA).

Tout le monde sur le continent se souvient avec honte et frisson de l'histoire récente de ce pays et de la longue guerre civile qui a commencé en 1991 et a fait des centaines de milliers de civils.

Qui peut oublier le fou Foday Sankoh et son Front révolutionnaire uni dont la marque de fabrique était de demander à un civil capturé de choisir entre «manche courte ou manche longue»… un choix diabolique de l'endroit où ils préféraient se couper les mains, au poignet ou au coude!

C'est aussi le moment où l'Afrique a vu pour elle-même la transmogrification totale d'une génération entière de jeunes en enfants soldats, si meurtriers et dépourvus d'humanité qu'ils ont commis les pires atrocités contre leurs compatriotes.

Dans le film à succès «Blood Diamond», lors d'une scène d'amputation choquante, l'un des soldats rebelles s'exclame sardoniquement: «Le gouvernement a dit que l'avenir du pays est entre vos mains, maintenant nous les coupons, pas de mains, pas d'avenir .. "

Pendant longtemps, l'équipe de football amputée de la Sierra Leone a été la seule lueur d'espoir que le reste du monde a vu d'une situation manifestement désespérée.

Avance rapide jusqu'à aujourd'hui, où les parties prenantes du football SL ont écrit à la FIFA, soulignant la situation difficile où l'exécutif dirigé par Isha Johannsen a dépassé la durée de son mandat, 2 ans depuis la fin de son mandat.

Isha Johansen a présidé une période honteuse de 5 ans pendant laquelle il n'y avait pas (zéro) d'activité de football local. Toutes les ligues et les compétitions ont été interrompues depuis 2014, d'abord en raison de l'épidémie d'Ebola et plus tard parce qu'Isha était trop à tête de cochon pour mettre l'intérêt du SL ordinaire jouant au-dessus de la sienne et compromettre avec les propriétaires de football (clubs) pour reprendre la lecture.

Lorsque le gouvernement de SL a ouvert une procédure pénale pour corruption contre Isha, la FIFA a rapidement interdit SL à toutes les activités de football et ne les a réintégrées qu'après avoir été disculpée par les tribunaux.

Désormais, la demande des clubs pour un FIFA NC coïncide avec le départ prolongé de la proche alliée et confidente d'Isha, Fatma Samoura, qui avait été affectée à la CAF en tant que déléguée générale, dans une prise de contrôle qui avait été contestée au TAS.

Apparemment, la SLFA n'a pas eu de congrès électif depuis 2013 alors que les statuts exigent une élection tous les 4 ans, ni n'a mis en place les organes judiciaires de la FA malgré le mandat donné en 2017.

La FIFA a-t-elle écrit au SLFA pour prolonger indéfiniment le mandat de l'exécutif dirigé par Isha Johannesen? Parce que Isha gère désormais le SLFA comme si la FIFA lui accordait un mandat à vie!

Plus inquiétant encore est le fait que la SLFA n'ait pas présenté ses états financiers (budgets et comptes audités) depuis les élections de 2013 et les membres continuent de se demander comment la FIFA a décaissé les subventions annuelles et les fonds de la FIFA Forward sans la SLFA.

Dans l'une des décisions stupides les plus sinistres et mondialement reconnues, la SLFA a maintenant décidé unilatéralement d'élargir la Premier League (PL) de 16 équipes à 18 équipes, bien que la PL soit l'une des plus pauvres du continent africain.

Cette expansion est le résultat du PL parrainé et exécuté par le club la saison dernière (alors que le SLFA a été interdit et Isha jugé pour corruption), qui s'est avéré être le meilleur PL depuis des décennies.

Ce PL réussi a apparemment provoqué quelques difficultés pour les membres de l'exécutif du SLFA qui veulent maintenant sélectionner les 2 nouvelles équipes d'une section spécifique du pays dans une démonstration flagrante de régionalisme et de népotisme.

Les deux clubs, cependant, n'étaient pas les plus performants dans le tout juste conclu 1st Ligue de division. Aujourd'hui, le SLFA est contesté sur les questions de football devant les tribunaux locaux, en l'absence d'organes judiciaires indépendants.

Fatma Samoura a maintenu Isha Johansen par la force dans son poste de présidente de la SLFA, au détriment des clubs et des jeunes du pays.

Les clubs de SL souhaitent exercer leur mandat démocratique conformément aux statuts pour élire quelqu'un de leur choix, mais la FIFA ne veut pas que cela se produise, apparemment parce qu'ils sont sûrs à 100% qu'Isha Johanssen sera éjectée à 8.15hXNUMX.

Cette fois, les clubs sont prêts, ils ont appris à la dure comment traiter avec Isha, elle n'utilisera pas le corps électoral pour enfermer ses adversaires.

Isha Johanssen a utilisé la FIFA comme un bouclier efficace pour garder les rênes du pouvoir au SLFA, et a énervé la capacité du football à aider le pays à franchir un tournant décisif de son horrible passé.

Elle s'en fout évidemment…!

Et la FIFA non plus, dont le président suisse-italien Gianni Infantino provient d'une longue lignée de banquiers et d'avocats suisses sans le marqueur génétique de l'empathie et dont les esprits déformés pourraient rationaliser le massacre de Juifs dans les camps de la mort nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, et la banque les biens et l'argent juifs pillés dans leurs voûtes profondes tout en proclamant la neutralité.

Lors du match entre la Bulgarie et l'Angleterre à Sofia plus tôt cette semaine, certains fans très stupides ont chanté des singes tout au long du jeu tandis que d'autres saluaient les nazis de la foule devant les caméras.

Gianni ne condamnera JAMAIS sérieusement cet acte ni ne prendra de décision décisive contre le pays.

La légende bulgare Hristo Stoichkov a pleuré en direct à la télévision tout en donnant son commentaire du match, à la stupidité de ses compatriotes, dont beaucoup n'ont aucune putain d'idée sur le nazisme et ce qui s'est passé dans l'histoire.

Il a appelé la FIFA clusterfucks à interdire à son pays la Bulgarie depuis plus de 5 ans de toutes les compétitions.

Mais pour Gianni Infantino, ce n'est pas un vote qu'il peut se permettre de perdre.

Et c'est la tragédie que l'Afrique doit maintenant affronter quotidiennement.

Cet article est également disponible dans les langues suivantes:

Articles Relatifs

Laisser un commentaire