Accueil Op-Eds AHMAD ET LA NOUVELLE SCRAMBLE DE LA FIFA POUR L'AFRIQUE

AHMAD ET LA NOUVELLE SCRAMBLE DE LA FIFA POUR L'AFRIQUE

by Admin
Cet article est également disponible dans les langues suivantes:

Beaucoup a été déduit des soi-disant «Frères musulmans» de la Confédération africaine de football (CAF), un groupe de présidents des FA et des membres de la CAF Exco qui professent la foi islamique.

Le nom est emprunté à un mouvement religieux, politique et social égyptien, islamiste sunnite qui est, ou était, considéré comme la force politique la plus importante et la mieux organisée d'Égypte, avec des adhérents estimés entre 2 et 2.5 millions.

Les Frères musulmans égyptiens lors des manifestations de 2011.

Après la révolution égyptienne de 2011, elle a d'abord connu un grand succès. Il a lancé un parti politique civique - le Parti de la liberté et de la justice - pour participer aux élections, où le parti a remporté près de la moitié des sièges aux élections législatives de 2011-12, et son candidat, Mohamed Morsi, a remporté l'élection présidentielle de juin 2012.

Cependant, le président Mohammad Morsi a été renversé après des manifestations de masse en l'espace d'un an et une répression s'est ensuivie que certains ont qualifiée de plus dommageable pour le mouvement que «en huit décennies».

L'existence et l'influence politique des «Frères musulmans» des FAC sont apparues à la suite de la révélation dans un dossier de l'ancien ancien GS des FAC, Amr Fahmy, d'un voyage tous frais payés pour ses membres pour le moindre Hajj (Omra) en Arabie saoudite en 2018, avec ces dépenses douteusement prises en charge par les FAC.

Ancien GS des FAC, feu Amr Fahmy.

De tels pèlerinages sont des dévotions religieuses profondément personnelles auxquelles les fidèles musulmans s'efforcent de se rendre, lorsque cela est possible, le Hajj étant l'un des 5 piliers qui est au cœur de la croyance islamique.

Le regretté Amr Fahmy, un musulman dévot lui-même, avait l'étrange capacité de voir à travers les couches de fumier de cheval présentées aux FAC par les organisateurs de cette Omra, pour ce que c'était vraiment.

Il a vu ce voyage comme la manifestation d'un arrangement politique dans le but ultime de priver de leurs droits et d'exclure tous les autres membres des FAC du sanctuaire intérieur de l'organisation.

Amr Fahmy ne pouvait probablement pas envisager un continent aussi divers que l'Afrique et comment il pourrait atteindre la synergie et l'homogénéité nécessaires lorsque les membres des FAC étaient déchirés et reconditionnés dans des parties paroissiales et des enclaves.

C'est très courant en Afrique, les 54 membres des FAC sont souvent divisés et subdivisés de manière à assurer leur division et leur contrôle complets, quel que soit le marionnettiste de l'époque.

Auparavant, c'était le Camerounais Issa Hayatou qui souffrait depuis longtemps et, dernièrement, le malheureux Malgache Ahmad Ahmad.

Pour illustrer l'efficacité de la balkanisation de l'Afrique, souvenez-vous que la confédération africaine est subdivisée en six (6) Unions de zone reconnues par la FIFA, à savoir COSAFA, CECAFA, UNAF, WAFU A, WAFU B, UNIFFAC et qui permet fonctionnellement La FIFA injectera 6 millions de dollars supplémentaires par an dans ces sous-unités des FAC, soi-disant pour le développement du football et les compétitions.

Comment les Unions de Zone sont-elles mises en place en Afrique (des changements ont eu lieu depuis la dernière mise à jour)

Politiquement, chacune de ces unions de zone est autorisée par les statuts de la CAF à «élire» des représentants à la CAF Exco, mais il a été démontré ces derniers temps qu'il s'agissait plutôt d'une sélection.

Une autre méthode pour subdiviser davantage le continent africain est par leurs langues coloniales dans ce cas - les locuteurs anglais, français et arabe / portugais.

Ce mode de division est mieux résumé dans les élections au Conseil de la FIFA où, en 2015, la CAF a proposé une formule pour élire les 4 membres du Conseil de l'époque (alors appelé Comité exécutif de la FIFA) dans ce sens.

Les statuts de l'époque prévoyaient le président de la CAF, plus un représentant des anglophones, des francophones et un créneau partagé pour les pays arabophones et lusophones.

L'élargissement de la composition de FIFA Exco (maintenant appelé Conseil de la FIFA) à la suite de l'élection de Gianni Infantino a également élargi la même formule en Afrique, dont l'effet préjudiciable est devenu évident lors des élections de mi-mandat pour remplacer l'ancien président de la Fédération ghanéenne Kwesi Nyantakyi la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh en septembre 2018.

Le vote était pour un représentant anglophone mais sournoisement les règles garantissent que la décision pour ce représentant n'est jamais exclusivement celle des régions anglophones, mais largement influencée par les autres clusters linguistiques.

L'élection à mi-parcours de 2018 pour le membre du Conseil de la FIFA a opposé le président sud-africain de la FA, le Dr Danny Jordaan, au président peu connu de la FA, Walter Nyamilandu.

Walter Nyamilandu et Danny Jordaan.

Le Dr Jordaan était sans doute le meilleur candidat, car il était la seule personne sur le continent à avoir dirigé et exécuté la Coupe du Monde de la FIFA (SA 2010) où il était le chef du comité d'organisation local (COL).

Cependant, le président de la CAF, Ahmad, n'était pas vraiment sûr d'avoir Jordaan au Conseil de la FIFA pour la simple raison que le reste du conseil peut ressentir plus de déférence envers Jordaan que pour lui, ou que son aptitude (de Jordaan) peut atteindre le sommet (comme la crème le fait dans le thé ou le café), et faire de lui la voix préférée de l'Afrique.

Dans tous les cas, Ahmad a eu peur de voir Jordaan au Conseil de la FIFA et a plutôt affronté le malawien grossièrement incompétent et sans caractère Walter Nyamilandu, puis a fouetté les électeurs francophones et des «Frères musulmans» pour rejeter Jordaan.

Les électeurs anglophones ont laissé leurs membres bêtement au scrutin.

L'ascension d'un nain intellectuel comme Ahmad à la tête de la CAF a coïncidé avec l'approfondissement de ces lignes de faille religieuses et linguistiques en Afrique, les personnes les moins compétentes se retrouvant occupant des postes critiques dans le football.

Même l'audit médico-légal de la FIFA effectué par le cabinet d'audit mondial PWC a révélé qu'il était extrêmement irrégulier qu'un groupe de présidents sélectionnés de la FA soit emmené pour un pèlerinage religieux aux frais de la CAF et aggravé par le manque d'autorité de la CAF Exco.

Paiements effectués pour un membre des Frères musulmans pour la Omra 2018.

En outre, il est désormais généralement admis que les membres des «Frères musulmans» des FAC représentent la première et la dernière ligne de défense d'Ahmad, heureux de le soutenir sans réfléchir, pour la simple raison qu'ils partagent une inclination religieuse.

Pour illustrer à quel point ce raisonnement est morbide, nous donnerons l'exemple des élections de la FIFA de 2016 qui ont opposé en grande partie le Suisse-Italien Gianni Infantino au président actuel de la Confédération asiatique de football (AFC), le Bahreïn Shaikh Salman bin Ebrahim Al Khalifa.

Instantané des membres de la confrérie musulmane des FAC.

Lors de cette élection, Ahmad a mis à profit les «Frères musulmans» des FAC pour mobiliser des voix africaines pour Gianni Infantino aux dépens de Shaikh Salman, avec qui il partage idéalement la foi islamique.

Ce couteau religieux semble ne couper que dans un sens, ici sur le continent africain, mais jamais ailleurs, ce qui a conduit la CAF et ses membres à être lamentablement vus par les autres confédérations et surtout par Shaikh Salman et son AFC.

Serait-ce l'une des raisons pour lesquelles sa propre fédération, la Bahrain Football Association, est allée à contre-courant et a choisi de voter pour les États-Unis 2026 au lieu de la candidature Maroc 2026 plus alignée religieusement lors du Congrès de la FIFA 2018 à Moscou?

Dans la réalité anti-Infantino actuelle de la FIFA, où l'UEFA et la CONMEBOL se sont regroupées et ont même tenté un vote de défiance audacieux au début du mois, le vote swing pour cette tentative aurait été les électeurs de l'AFC

Mais qui sont ces membres anonymes et sans visage des «Frères musulmans» de la CAF, qui ont apparemment vendu leur âme à Ahmad, lui donnant ainsi carte blanche pour lancer le football africain dans le sol, tout en étant acclamés par Gianni Infantino et ses acolytes à la FIFA ?

Une analyse des membres bien connus de la «confrérie musulmane» de la CAF indique qu'Ahmad dispose d'un solide minimum d'au moins 20 membres, ce qui lui donne automatiquement 37% des 54 voix à l'Assemblée générale de la CAF.

Ces quelque 20 membres de la confrérie deviennent effectivement sa «base» à laquelle il se plie régulièrement. Les autres numéros qu'il est capable de rassembler par astucieux quid pro quos et achat pur et simple au cas par cas.

Comme point de départ, Ahmad et son armoire de cuisine ont imaginé le plan d'un pot-de-vin périodique permanent à tous les présidents des FAC des FAC, qui recevraient 20,000 XNUMX $ par an directement sur leurs comptes bancaires. Alors que certains ont refusé cet argent à titre de principe et pour apprécier ce qu'il représentait évidemment, une masse critique de président de la FA a activement poursuivi ces paiements.

L'audit de PWC a identifié ces paiements pour les illégalités qu'ils sont, qu'ils aient été approuvés par l'Assemblée générale des FAC ou non, cela équivaut à une conspiration criminelle pour frauder les FAC.

D'après l'analyse, nous voyons qu'Ahmad a également récompensé les membres de la confrérie avec 7 places dans le CAF Exco, sur les 13 stipulées (par les statuts).

Cela est devenu évident après les dernières élections Exco en juillet 2019 où il a mis à profit sa base pour voter dans ses candidats préférés Moses Magogo (CECAFA), Mohammed Ally Sobha (COSAFA) et Abdulhakim Al Shalmani (UNAF).

Leurs adversaires n'avaient aucune chance!

Ahmad a également fait entrer un autre membre des «Frères musulmans» dans la CAF Exco par la voie de la cooptation, en l'occurrence le président mauritanien de la FA, Ahmed Yahya.

Un nombre aussi élevé de loyalistes dans la CAF Exco permet à Ahmad de les exploiter avec un effet dévastateur, comme en témoigne la réunion du 1er février de la CAF Exco à Sale, au Maroc, à laquelle assistait le président de la FIFA, Gianni Infantino.

À sa grande surprise et consternation, Infantino a fait face à l'hostilité ouverte de membres d'Exco auparavant dociles quand il a été ouvertement réprimandé par les nouveaux membres de la confrérie Sobha et Sita Sangare au sujet de sa proposition de prolonger le séjour de FIFA SG pour 6 mois supplémentaires en tant que délégué spécial.

Si Infantino ne savait pas, alors il le sait probablement maintenant. L'épisode entier a été chorégraphié par Ahmad qui faisait face à beaucoup de pression politique interne sur Mme. Samoura a continué son séjour et ses changements radicaux dans les FAC, notamment l'arrêt de l'utilisation de l'argent liquide pour effectuer les paiements.

Mais même au sein de la «confrérie musulmane» de la CAF, il existe une énorme disparité entre les membres et leur contribution au football continental.

L'analyse montre que les membres de l'Union zonale de l'UNAF ont le dessus en Afrique, avec les classements FIFA les plus élevés d'une part et la plupart des apparitions à la CAN, avec une moyenne de 19 de ces apparitions.

La Tunisie, le Maroc, l'Algérie et l'Égypte (et même la Libye déchirée par la guerre exercent une influence considérable sur le football sur le continent à force de leurs performances sur le terrain dans les apparences continentales de l'équipe nationale et du club.

À l'inverse, 5 pays membres des «Frères musulmans» ont eu zéro / zilch, aucune apparition à la CAN depuis sa création (il s'agit de la Somalie, Djibouti, le Tchad, la Gambie et les Comores) tandis que 3 autres membres de la confrérie ont fait une apparition solitaire (Maurice, Mauritanie et Madagascar).

Le Niger, la Libye et l'Ouganda complètent la liste des 10 membres qui composent le segment «qui trompe qui» des Frères musulmans, avec respectivement 2, 3 et 7 apparitions.

Il est donc facile de déduire de cette analyse que, si une poignée d'AF et leurs présidents sont très motivés pour faire partie des «Frères musulmans» afin de protéger leurs gains et intérêts durement combattus, un énorme segment d'entre eux est apparemment simplement venu le long de la balade et les avantages personnels qui découlent d'une telle association.

Et il ne semble pas y avoir de fin aux avantages personnels dans les FAC d'Ahmad lorsque vous considérez que ces membres de la «fraternité» peuvent également effectuer des fonctions doubles dans l'Exco des FAC, des fonctions triples dans leurs unions de zone, des fonctions quadruples dans les FAC. comités, tout en faisant également un clair de lune à l'Assemblée générale des FAC, qui ont tous une série d'indemnités et d'indemnités journalières hautement réglementées et pré-approuvées.

Pire encore, au cours des deux dernières années, il est devenu normal que les enveloppes brunes s'échangent des mains lors des assemblées générales ou glissent sous les portes de leur chambre d'hôtel au milieu de la nuit, comme cela a été découvert à Khartoum il y a quelques années.

C'est avant même de considérer qu'ils sont les gardiens des subventions en constante expansion de FIFA Forward 2.0 dans leurs propres FA, dont la haute direction (de la FIFA) ne voit, n'entend et ne dit aucun mal en ce qui concerne le pillage des coffres des FA.

Être si chanceux de nos jours, ne rendre de comptes à personne et être président de la FA est devenu l'équivalent d'acheter des actions dans des sociétés de premier ordre comme Apple et Microsoft, où les dividendes vous suivent dans votre chambre pendant que vous dormez.

Ces clowns ont-ils réussi à soudoyer Dieu d'une manière ou d'une autre, et la connaissance de la façon de procéder semble avoir échappé au reste de l'humanité?

Mais Ahmad a enraciné une maladie dangereuse en Afrique, en plus d'être le personnage le plus conflictuel dans un costume Armani, il a montré aux membres de bas rang des «Frères musulmans» qu'il est normal de ne pas investir dans leur football, et à la place empocher les fonds destinés à des millions de leurs jeunes.

Une fois qu'ils ont terminé, ils peuvent alors tous s'accompagner pour un nettoyage du péché, l'élimination de la culpabilité Omra, aux sites les plus sacrés de l'islam.

Pendant qu'ils y sont, et comme ils font dua demandant à Allah de leur pardonner leurs transgressions, ils rient… il n'a apparemment pas d'autre travail!

 

Cet article est également disponible dans les langues suivantes:

Articles Relatifs

Laisser un commentaire