Accueil Commentaires PROPHÉTIE DE LA BILITÉ: INFANTINO N'A PAS INTENTION DE DÉMISSION APRÈS UNE INSCRIPTION CRIMINELLE

PROPHÉTIE DE LA BILITÉ: INFANTINO N'A PAS INTENTION DE DÉMISSION APRÈS UNE INSCRIPTION CRIMINELLE

by Admin
Cet article est également disponible dans les langues suivantes:

Le mois dernier a certainement été digne d'un feuilleton dans le monde doux du football mondial à son siège à Zurich, après qu'un procureur spécial en Suisse a officiellement annoncé des inculpations pénales contre un procureur fédéral suisse Micheal Lauber, le procureur cantonal valaisan Rinaldo Arnold et comme cerise le gâteau, le président de la FIFA, Gianni Infantino.

Ce qui a suivi a été la manifestation d'une panique absolue dans les rangs de la FIFA avec les affirmations et les affirmations les plus ridicules, dans le but d'excuser le comportement criminel d'Infantino et de construire un récit qui, selon eux, devrait l'empêcher d'avoir à quitter immédiatement son poste. à la FIFA.

Infantino, Lauber et Arnold: enquête criminelle lancée

Une conférence de presse en ligne organisée par le député de la FIFA, le SG Alasdair Bell, qui a été suivie de près par la suite par une lettre aux membres du Conseil de la FIFA cosignée par Bell et son patron, SG Fatma Samoura, a tout naturellement suscité des inquiétudes parmi les membres du Conseil et apporté sur plus de questions que de réponses qu'il était censé donner, à un public mondial tellement fatigué de la corruption et de l'impunité actuellement pratiquées dans le jeu mondial.

Le Libérien Musa Hassan Bility avait clairement prévu cette éventualité lorsqu'il a écrit trois lettres brillantes, l'une à l'Union africaine (UA), l'autre aux membres du Conseil de la FIFA et une autre aux présidents et membres de l'UEFA et de la CONMEBOL.

Dans son 31 de juilletst lettre aux membres du Conseil de la FIFA, Bility a insisté sur le fait que «à la FIFA, il existe une culture dans laquelle, lorsque les hauts dirigeants sont pris dans des enquêtes criminelles, des scandales ou des mises en accusation, ils quittent immédiatement leurs fonctions afin de ne pas entacher l'institution».

Logique illogique: FIFA Dep. SG Alasdair Bell (photo de Getty Images)

Il a continué à dire qu'il y a effectivement eu «un changement dans cette culture à la FIFA ces dernières années, depuis l'arrestation honteuse du président de la CAF Ahmad Ahmad à Paris, en France, le 5 juin 2019».

Il explique que le refus d'Ahmad de démissionner et l'indifférence de la commission d'éthique de la FIFA à l'évincer ont immédiatement signifié qu'Ahmad a continué ses différents rôles de football de président de la CAF, de vice-président de la FIFA et de membre du Bureau de la FIFA et du Conseil de la FIFA et sa présence continue. a pollué la perception mondiale du football tout en atténuant apparemment l'attente d'une démission automatique après une mise en accusation pénale.

Bility dans cette lettre était catégorique sur le fait qu'Infantino était désespéré de ne pas renoncer à son poste et espérait utiliser l'ambivalence de quelques-uns pour affirmer qu'il avait la légitimité de conserver la présidence de la FIFA.

Déjà, le décor est planté pour un «vote de confiance» virtuel lors du prochain Congrès de la FIFA le 18th Septembre 2020, où une petite majorité de membres, dont la plupart ne contribuent absolument rien au tissu du football mondial, voteront en faveur d'Infantino et de son maintien à la tête de la FIFA.

Libérien Musa Hassan Bility: prophétise qu'Infantino s'accrocherait au pouvoir

Dans son 28th Lettre de juillet 2020 à l'UEFA et à la CONMEBOL, Bility a dénoncé sans ambages ces deux organisations géantes pour s'être «assis silencieusement alors qu'Infantino modifiait personnellement le Code d'éthique de la FIFA à son profit, limogé tous les chefs indépendants des commissions de surveillance de la FIFA et les a remplacés par des personnes, qui ont fait du népotisme et du copinage la pièce maîtresse des ressources humaines de la FIFA, ont encouragé le vol d'argent par les élus des associations membres et des confédérations d'Afrique et des Caraïbes ».

Bility a déploré que l'UEFA et la CONMEBOL aient été vus "avec leurs hackles levés (seulement) quand Infantino a tenté de vendre aux enchères discrètement leurs intérêts et leurs bouées de sauvetage à des acheteurs obscurs".

La question rhétorique de Bility à l'UEFA et à la CONMEBOL est la plus poignante;

"Infantino vous apparaît-il comme le genre de personne qui renoncerait volontairement à son poste de président de la FIFA même s'il était reconnu coupable au pénal dans l'enquête Lauber?"

Rappelez-vous aussi qu'Infantino a regardé tranquillement les présidents africains des FA élire un homme inculpé par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l'humanité, au comité exécutif de la CAF (Exco).

Cette élection a été sanctionnée par la FIFA malgré le fait que l'homme, Patrice-Edouard Ngaissona de la République Centrafricaine (RCA), au-delà de cette mise en accusation criminelle par la CPI (qui était déjà déjà assez grave) a même été interdit par son propre pays ( RCA) de se présenter à la présidence du pays en raison de l'acte d'accusation.

 

Mis en examen par la CPI; La FIFA autorise l'élection de Ngaissona à la CAF Exco

Ngaissona a finalement été arrêté à Paris en décembre 2018 où il avait effrontément voyagé par défi, et se trouve maintenant dans une prison en attendant la fin de son procès à La Haye.

Et Bility avait tout à fait raison sur la façon dont Infantino a bricolé les différentes commissions de surveillance de la FIFA en prévision d'une telle mise en accusation personnelle, considérant qu'il venait de l'UEFA encombré par divers scandales, le plus notable étant la vente en 2006 des droits télévisés de l'UEFA au père ténébreux. duo de fils de Hugo et Mariano Jinkis pour les cacahuètes, et qui à son tour a vendu les droits pour près de 4 fois leur valeur d'achat.

La semaine dernière, la présidente de la chambre d'enquête de la commission d'éthique de la FIFA, la très ridiculisée Maria Claudia Rojas, a annoncé qu'elle avait mené une enquête préliminaire et examiné les documents et preuves pertinents sur les allégations contre Gianni Infantino et conclu qu'il y avait un manque de preuves crédibles sur tous les allégations qui constitueraient une violation du Code d'éthique de la FIFA.

Dans un résultat largement attendu, elle a annoncé que le comité d'éthique avait rapidement emballé le dossier et l'avait envoyé aux archives, sans qu'aucune autre action ne soit attendue.

La responsable de l'éthique de la FIFA, Maria Claudia Rojas, le Super Amiga, protecteur des corrompus

La panique évidente au sein de la FIFA a de très nombreuses raisons, la principale étant que la suppression d'Infantino ferait immédiatement tomber son château de cartes. C'est un empire qu'il a construit avec un népotisme et un copinage illustres, sélectionnant à la main des loyalistes du monde entier pour le remboursement de leurs dettes politiques, dont la plupart découlaient de son ascension à la présidence de la FIFA en 2016.

Certains comme Alasdair Bell sont venus de l'UEFA et ont amené avec eux leurs sbires qui avaient travaillé avec Infantino là-bas, ce qui a provoqué le licenciement pur et simple de près de 40 membres du personnel de la FIFA, dont beaucoup avaient travaillé à la FIFA pendant des années, juste pour créer place pour ces copains.

D'autres, comme le juriste Emilio García Silvero, étaient venus de la Fédération espagnole à l'UEFA et finalement à la FIFA grâce aux bonnes grâces de l'ancien VP de la FIFA, Angel Maria Villar et à ses liens étroits avec Infantino. Villar a ensuite été arrêté pour corruption massive en Espagne, où il a détourné des fonds de la FIFA sans vergogne.

Emilio Garcia Silvero de la FIFA: retour de la FA espagnole corrompue

Les autres piliers d'Infantino sont son ancien camarade de classe, réfugié congolais en Suisse et ancien membre du personnel de la FIFA, Veron Mosengo-Omba, qui dirige désormais le rôle des associations à la FIFA. Il a personnellement supervisé le gaspillage de la politique de la FIFA en Afrique et dans les Caraïbes avec son approche juridique puérilement naïve de questions complexes comme à Trinité-et-Tobago et au Kenya.

La SG de la FIFA, Fatma Samoura, une ancienne employée sénégalaise du système des Nations Unies dont la dernière affectation était à Madagascar, où elle a noué une relation à la fois personnelle et commerciale avec le président de la CAF, Ahmad, est également à l'affût d'une sortie rapide.

C'est sur cette base qu'ils ont pu négocier son emploi à la FIFA en échange de la mobilisation du vote africain par Ahmad pour Infantino lors de l'élection présidentielle de la FIFA 2016.

Parmi les confédérations et les FA, il y a une panique tout aussi non atténuée, basée uniquement sur le fait que la commission d'éthique de la FIFA a des dossiers sur les malversations financières et autres crimes sur littéralement chaque président de la FA et patron de la confédération depuis 3rd Membres de la FIFA mondiale.

Veron et Samoura: seraient instantanément orphelins par le départ d'Infantino

Un départ d'Infantino déclencherait une réorganisation de la composition de chaque commission de la FIFA, y compris les redoutables comités d'éthique, le comité d'audit et de conformité et le comité de gouvernance, qui travailleraient tous de manière synchronisée pour la première fois depuis plusieurs années, pour une déroute complète du football mondial.

Dire que la FIFA sous Infantino a été transformée en entreprise criminelle serait un euphémisme, un fait qui ne peut probablement être traité de manière appropriée que par une législation sous la forme de «Loi sur les organisations influencées et corrompues par les racketteurs (loi RICO).

Infantino, un segundo (2nd génération italienne en Suisse) a apporté son héritage sicilien à une organisation mondiale, et nous nous demandons avec incrédulité à haute voix pourquoi l'UEFA n'a pas étouffé ce foutu dans l'œuf quand il y travaillait, et où il avait montré une propension à la criminalité.

Tous les yeux sont désormais tournés vers l'UEFA et la CONMEBOL, que vont faire ces deux organisations?

Dominguez de CONMEBOL avec Ceferin de l'UEFA à Nyon

Infantino espère obtenir un regain de moral et une légitimité renouvelée de la part des membres de la FIFA, principalement petits poissons, le 18th Septembre 2020 lors du Congrès de la FIFA, qui s'apparenterait à la poussée d'adrénaline que le président américain Trump reçoit de ses rassemblements qui rassemblent la lie de l'humanité américaine qui vient afficher sa dépravation à son soutien.

L'UEFA et la CONMEBOL déclencheront-ils la démission d'Infantino ou attendront-ils timidement que Stefan Keller rejoigne officiellement la mêlée avec son gros bâton pour faire le travail à leur place?

Pendant longtemps, c'était une blague dans les cercles africains que l'UEFA et la CONMEBOL aiment le reste du football mondial totalement corrompu et incapable de fonctionner correctement. Dans ce chaos, ils ont pu patauger et récolter des centaines de millions de globes oculaires, des millions de ventes de marchandises qui à leur tour se sont traduites par des droits de diffusion ridiculement élevés alors que les supporters de ces pays tournaient le dos à leur football local.

Cycliquement, cela s'est traduit par des milliards de dollars provenant de sponsors mondiaux et a fait des compétitions de l'UEFA et de la CONMEBOL une prime par nature, et leur régularité leur a permis de sauter la Coupe du Monde de la FIFA sur le plan commercial.

Cependant, la FIFA entre les mains d'un véritable mafioso (Infantino) a cherché à ramener l'équilibre entre l'argent et le pouvoir à la FIFA, le parrain (Infantino) choisissant d'utiliser les jokers corrompus du soi-disant «shithole» (3rd World) »pour mettre en déroute les intérêts de l'UEFA et de la CONMEBOL.

Visage de la mafia italienne en Suisse: Gianni Infantino

Nous posons à nouveau la question: que feront l'UEFA et la CONMEBOL?

Tout comme le flux et le reflux de la marée, les choses changent aussi dans l'ordre mondial. Le football ne peut pas non plus revenir à ce qu'il était avant Infantino.

En Afrique, la politique étrangère nationale de l'Égypte tournait autour des eaux du Nil que le pays a déclaré pendant des décennies comme une bouée de sauvetage trop cruciale et a ainsi fait de l'accès à ces eaux un minimum irréductible et à somme nulle dans ses relations avec ses voisins.

Aujourd'hui, l'Éthiopie s'est lancée dans la construction et le remplissage du méga barrage Renaissance qui prélèvera l'eau des affluents du Nil mais qui émanent de ses propres hauts plateaux et, dans ce processus, menace d'épuiser considérablement les eaux du Nil.

Les menaces d'agression et d'action militaire de l'Égypte ont été contrées par l'assurance que les hostilités seront affrontées avec une hostilité similaire de la part de l'Éthiopie et conduiront à un conflit régional évitable.

Le moment est venu pour l'Égypte de repenser sa politique formelle des eaux du Nil et en particulier en ce qui concerne les investissements dans les affluents en amont et les bassins versants, ce qui garantirait aux générations futures de l'eau.

De même, si la politique officielle de l'UEFA et de la CONMEBOL a été auparavant de sanctionner (bien que secrètement) l'appauvrissement du reste du monde du football et que dans le chaos qui s'ensuit en récolter les énormes avantages financiers, la FIFA d'Infantino a prouvé que ce modèle n'est plus viable et a la capacité de revenir pour mordre l'UEFA-CONMEBOL à l'arrière.

La seule façon de protéger leur investissement serait de faire des heures supplémentaires pour nettoyer la FIFA et veiller à ce que ses commissions de surveillance travaillent ensemble de manière transparente pour mettre de l'ordre dans le reste du monde chaotique.

Membres des FAC: capables de vendre leurs proches pour de l'argent

Permettre à la FIFA de continuer à donner à ses membres et à ses confédérations des millions de dollars chaque année en subventions sans audit et sans responsabilité revient à donner à un enfant une boîte d'allumettes avec laquelle jouer dans une bibliothèque, le désastre évident étant clairement imminent et plus que probable.

Permettre une présidence de la FIFA toute puissante sans freins et contrepoids les met encore plus en danger, d'autant plus que les mégalomanes comme Infantino ne sont pas en pénurie dans le jeu.

Ce raisonnement rationnel ne peut pas être compris par les présidents de FA ultra-cassés des «pays de la merde» et qui pratiquent souvent une forme de politique de la terre brûlée où ils dépouillent leurs fédérations de chaque dollar, de sorte que leurs successeurs ne trouvent absolument rien dans les coffres, et doivent recommencer à zéro.

Ce sont ceux qui ont besoin de la politique officielle de corruption d'Infantino pour continuer leur pillage et voter avec bonheur pour le retenir.

Comme le poème le dit, à plus tard Alligator!

Il est temps pour l'UEFA-CONMEBOL de contourner ces problèmes et de traiter directement avec Infantino et de lui donner un ultimatum.

Il est temps de faire ses valises et de partir!

Cet article est également disponible dans les langues suivantes:

Articles Relatifs

Laisser un commentaire