Home News Péril Sur l’élection à la Fédération Togolaise de Football

Péril Sur l’élection à la Fédération Togolaise de Football

by onyii

C’est le président de la Commission électorale, Me Kokou Darius Atsoo, qui passe aux aveux complets. «A ce jour, seules l’association nationale des arbitres, l’association nationale des entraîneurs et encadreurs de football et l’association nationale des joueurs ont rempli lesdites conditions», écrit-il le mardi 17 décembre en réponse à une lettre à lui adressée la veille par M. Piza Alakiséto, candidat déclaré à la présidence de la Fédération togolaise de football (FTF) et tête de la liste «Notre football».

Ce dernier sollicitait de la Commission électorale de la FTF la mise à disposition du corps électoral. L’objectif étant de satisfaire à une disposition des statuts de la FTF, notamment l’article 36 alinéa 3, libellé comme suit : «tout candidat à un poste du Comité exécutif doit être proposé par un membre de la FTF ayant droit de vote».

Au 17 décembre 2019, soit près d’un mois avant le scrutin, seulement trois (3) membres du corps électoral, sur les 53 statutaires, étaient connus par la Commission électorale et donc réputés qualifiés pour siéger lors de l’Assemblée générale élective prévue le 25 janvier 2020. Le président de la Commission électorale révèle même dans sa correspondance que : «dans un communiqué en date du 16 décembre écoulée, la commission a invité les clubs et les associations concernées à régulariser leur situation sans délai».

Or en faisant ce rappel la Commission électorale viole son mandat, comme le mentionne le candidat Piza Alakiséto dans une correspondance adressée au secrétaire général de la FIFA le 18 décembre. « La commission électorale en procédant ainsi, a outrepassé ses prérogatives telles que listées à l’article 7 du code électoral de la FTF et s’est accaparée les attributions d’un autre organe de la FTF (confère article 14 des statuts). Il s’agit d’une ouverture tendancieuse et dangereuse susceptible d’ouvrir la voie à des fraudes ainsi qu’à des violations des statuts de la FTF. De ce qui précède, il apparait clairement que le congrès électif en vue ne pourra être régulièrement constitué ni prendre des décisions valables», écrit-il.

Ahmad – Fatma – Veron, les parrains de la pègre (capo di capi)

Une invite est ainsi faite à la FIFA au regard des éléments mis à sa disposition afin qu’elle procède à «une juste analyse du processus électoral… et en tirer les conséquences juridiques qui s’imposent».

Mais force est de constater que la FIFA s’illustre systématiquement en Afrique depuis 2017 par la violation de ses propres textes règlementaires ou le soutien souvent illégal à des individus conduisant ainsi à des situations chaotiques dans bien des cas, où la règle de droit est malheureusement dictée à la FIFA par des décisions du Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne. C’est ainsi qu’on a vu des comités de normalisation fleurir aux quatre coins du continent. Du Caire à Windhoek, d’Addis-Abeba à Bamako.

Le président sortant de la FTF, Guy Kossi Akpovy, se prévaut d’ailleurs du soutien de ceux qui en Afrique tendent à systématiser dans le football l’état de non-droit avec une part belle faite au clientélisme et au népotisme, sous le couvert du soutien au président de la FIFA, Gianni Infantino.

Ces individus sont: Ahmad Ahmad, président de la CAF, vice-président de la FIFA et président à la FIFA de la Commission des associations nationales à laquelle échoit souvent de connaître de ces dossiers ; Fatma Samoura qui cumule sa qualité de SG de la FIFA et de déléguée générale de la FIFA pour l’Afrique, depuis la mise sous tutelle de la CAF; et Veron Mosengo-Omba, directeur par intérim des associations nationales à la FIFA.

Bilan

Ce trio semble avoir fait le pari du maintien à la présidence de la FTF du colonel Akpovy, un de leurs obligés, quel que soit l’expression de la volonté des membres de l’Assemblée générale de la FTF. Car en termes de bilan, le président sortant peut difficilement brandir autre chose qu’un florilège de manquements :

1- Absence totale d’une vision pour le développement et la promotion du football

Aucun programme de développement ou programme en faveur des jeunes n’a été initié. Durant les quatre années, il n’y a pas eu de championnat de jeune.

2- Gestion opaque des ressources de la FTF

Aucun média, aucun membre de la FTF (Club ou Ligue Régionale) n’est en mesure de lister les projets financés par la FIFA et à quels coûts ils ont été réalisés.

Le Secrétaire Général de la FTF perçoit un salaire mensuel de 2 millions de FCFA et 1,5 millions de FCFA de frais de gestion mensuel du secrétariat général. 3,5 millions de FCFA représentent la subvention annuelle d’un club de D2

3- Les championnats nationaux sont improductifs

Absence d’une véritable politique marketing (la médiatisation étant le tendon d’Achille) ;

Faible financement des clubs et des Ligues pour leurs activités ;

Les organes juridictionnels sont instrumentalisés par le Comité Exécutif, le résultat c’est
la démission de certains magistrats.

4- Sélections nationales peu performantes

– Absence de projet viable et ambitieux de construction d’une académie au sein de laquelle, les jeunes détectés à travers les championnats scolaires et les championnats des jeunes auront un encadrement de qualité (sport-étude, alimentation, soins de qualité etc.) ; cette académie aurait permis d’injecter de nouveaux talents dans les sélections U15, U17, U19 etc……. ;

– La participation du Togo à la CAN 2017 au Gabon était un échec au plan technique et de l’organisation ;

– Les performances des éperviers A sont catastrophiques. Non qualification du Togo à la CAN à 24 Absence d’un équipementier pour les éperviers ; un véritable désastre pour la promotion du football national ;

– La Direction Technique Nationale n’est pas opérationnelle

5- Ineffectivité des réformes institutionnelles et structurelles contenues dans les nouveaux statuts, recommandées par la FIFA, sont un échec total.

 

Tripatouillages

C’est sur ce cinquième point qu’il faut aller rechercher les raisons qui conduisent au blocage du processus électoral enclenché et de la crise institutionnelle qui se profile.

L’article 25 des statuts de la FTF dispose que « le Congrès comprend 53 délégués votants répartis de la manière suivante :

a)- pour les 12 clubs de Première Division : douze (12) délégués disposant d’une voix chacun;

b)- pour les 12 clubs de Deuxième Division : douze (12) délégués disposant d’une voix chacun ;

c)- pour chacune des 6 ligues régionales : quatre (4) délégués disposant d’une voix chacun ;

d)- pour la Ligue Nationale du Football Féminin (LNFF) : un (1) délégué disposant d’une voix;

e)- pour l’Association nationale des arbitres : un (1) délégué disposant d’une voix ;

f)- pour l’Association nationale des entraîneurs et Educateurs de football : un (1) délégué disposant d’une voix

g)- pour l’Association nationale des joueurs : un (1) délégué disposant d’une voix ;

h)- pour l’Association nationale du personnel de la médecine du sport : un (1) délégué disposant d’une voix.

Ces statuts adoptés le 20 janvier 2016 avaient laissé deux ans au Comité exécutif afin que le collège électoral ainsi constaté soit constitué. Or rien ou peu a été fait dans ce sens. Actuellement, il y’a 14 clubs en D1 et 20 en D2. Au niveau des ligues régionales, c’est le néant.

Pourtant, pour des besoins électoralistes, le président de la FTF en violation flagrante des Statuts s’est empressé de nommer des bureaux de cinq personnes chacun à la tête des six ligues régionales. Pourtant ces ligues régionales sont supposées se constituer elles-mêmes et en toute indépendance, selon l’article 20 des statuts sur l’indépendance des membres de la FTF et de leurs organes qui dispose que : «1. Chaque membre de la FTF doit diriger ses affaires en toute indépendance sans l’ingérence d’un tiers.

2. Les organes des membres ne peuvent être désignés que par voie d’élection ou de nomination interne.
Les Statuts des membres doivent prévoir un système leur assurant une indépendance totale lorsqu’ils procèdent aux élections et aux nominations.

3. La FTF ne reconnaît pas les organes d’un membre n’ayant pas été régulièrement élus suivant le code électoral ou nommés conformément aux dispositions de l’article 20 al. 2. Cela vaut également pour les organes élus ou nommés uniquement à titre intérimaire.

4. La FTF ne reconnaît pas les décisions d’organes n’ayant pas été élus ou nommés conformément aux dispositions de l’al. 2.

La réalité aujourd’hui est pourtant la suivante : des personnes nommées par Kossi Akpovy représentent plus de la moitié de l’Assemblée générale…

Related Articles

Leave a Comment